Welcome to Undertale
 
AccueilFAQRechercherMembresS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Trought the time [Wraithtale] [violence +gore]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Chiller

avatar

Multicompte : Lewis/Sevastian
Messages : 42
Date d'inscription : 20/11/2016

MessageSujet: Trought the time [Wraithtale] [violence +gore]   Mar 28 Fév - 18:18

Through the time
Wraithtale
A warning to the people, the good and the evil. This is war. To the soldier, the civilian, the martyr, the victim; this is war. It's the moment of truth and the moment to lie, and the moment to live and the moment to die. The moment to fight, the moment to fight, to fight, to fight, to fight. To the right to the left, we will fight to the death to the edge of the earth

Les épées s’entrechoquaient, les lames s’abattaient sur les boucliers provoquant un son horripilant. Des cris de douleurs et de rages parvenaient à tes oreilles alors que tu tentais comme tous les autres de repousser les troupes ennemies. Une fine couche de transpiration coulait sur tes os sous ton armure souillée de sang et de poussière. D’un claquement de doigt tu fis apparaître une rangée d’armes osseuses et d’un mouvement ample du bras, les fit foncer sur tes adversaires. Leur propre armure ne résista pas et un gargouilli sanglant te parvint de leur agonie. Tournant sur tes talons, tes armes ensanglantées vinrent t’entourer et tu t’emparas d’une épée.

Les humains étaient partout; ils avaient attaqués par surprise, en traître et les civils étaient évacués vers la mégapole royal, Ebott, où le palais se trouvait. Ils étaient trop nombreux et tu craignais ce qui arriverait à tous ces survivants; famine et errance. Tu chassas bien vite ces pensées, faisant tournoyer ton arme tout en en envoyant les autres sur des soldats ennemis qui mettaient en mal les tiens. D’un coup d’épée bien placé tu transperças l’un d'eux, d’un autre tu en décapitas un second avant de relever un jeune soldat tombé. La jeune tortue te regardas, les yeux larmoyants.

- « Commandant Chiller! »
- « Soldat, sonnez l’ordre de replis. Ils sont trop nombreux et nous sommes en sous nombre, je refuse de perdre des soldats dans un combat perdu d’avance. On se replis à Ebott, nous les coincerons dans les dédales. »

Il hocha la tête alors que tu replongeais dans le combat. Ton armure avait subi d’importants coups, te sauvant la vie, mais l’os de ta clavicule s’était fracturé et la douleur lancinante te faisait grincer des dents. Or il fallait continuer de se battre; il fallait que tu tiennes tête pour donner la chance à tes soldats de fuir, de se mettre à l’abri dans la montagne.  Raffermissant ta prise sur le manche de ton épée, tu retournas au combat. Une danse sanglante, un tango rythmé de parade et coups mortels.  Et puis tu les vis finalement et la sueur sur ton corps se gela instantanément.

- « Les magiciens sont là! » cria un caporal, te sortant de ta torpeur juste à temps pour parer un coup et tuer ton agresseur. « Leurs magiciens sont là! »
- « On se repli, on se repli! » crias-tu, agitant un bras pour sonner le repli des soldats qui continuaient de se battre.

Ils t’obéirent et vous furent chasser à l’intérieur de la montagne. Par chance le palais était plus loin, ils ne pourraient pas y accédé et les dédales de la montagne t’offriraient l’environnement parfait pour les coincés, pour leur tendre des embuscades. Tu t’épuisais néanmoins à vue d’œil. Cela faisait maintenant des heures que vous vous battiez contre les humains et malgré vos entraînements vous n’étiez pas prêt pour une telle attaque.

Tu te retrouvas dans les derniers à entrer dans la montagne, passant entre les piliers de pierres faisant face à une structure faite du même matériau. Les portes du bâtiment étaient ouvertes, dernière défense face à l’envahisseur et tu savais qu’elle ne tiendrait pas un assaut des magiciens humains. Elle n’avait été battit que pour réguler les entrées et sorties, non pas pour retenir une invasion d’humains. Levant les yeux, tu vis des archers se mettre en position, arcs bandés et près à tirer leurs flèches. Tu sautas, pieds joints sur la lame de ton épée et monta à leur hauteur pour avoir une vue d’oiseau face à la situation.

- « Commandant! Nous attendons vos instructions. »
- « Caporal Zanier où est votre commandant? »
- « Il est sans doute mort Commandant; il faisait partie des renforts Commandant! »

Tu grognas de colère. Un Commandant ne devait pas quitter son poste! Maintenant tu n’avais pas que ton unité, mais aussi celle des archers de l’avant-poste d’Ebott sous tes ordres. D’autres habiletés à tenir comptent, des faiblesses à inclure dans une stratégie et tu n’aimais absolument pas cela.

Levant les yeux, tu aperçus au loin les magiciens humains faisant face à leurs soldats. Tu en comptais sept, mais peut-être qu’ils étaient plus dans les lignes arrières. Ils ne seraient pas étonnant qu’ils mettaient en avant leurs plus puissants pour vous découragez ou vous exterminez. Tu serras les mâchoires, faisant grincer les os de celles-ci et raffermis ta prise sur le manche de l’épée sur laquelle tu te trouvais.

- « Personne n’attaque sans mon commandement! Ils semblent s’être arrêter, mais pourquoi? »

Tu n’aimais pas cela et tu sentais au plus profond de ton âme que cela ne présageait absolument rien de bon. Ils avaient l’avantage, pourquoi ne venaient-ils pas vous attaquez de nouveau? Ils vous laissaient littéralement le temps de ramener les gardes royaux, les divisions restantes dans la montagne et de les attaquer de nouveau. Cela ne faisait aucun sens et ton instinct te criait à la menace, te criait à la tragédie.

L’adrénaline te quittant, tu sentais de plus en plus la fatigue du combat t’accabler et la douleur se répandre dans ton corps. Ta clavicule pulsait de celle-ci, telle l’épicentre d’un séisme de souffrance. Or, tu l’ignorais de ton mieux; vous étiez en pleine guerre et y songer pourrait t’être aussi fatale à toi qu’aux soldats sous tes ordres.

Ce n’est qu’au bout de plusieurs minutes que tu compris ce qui se passait lorsque les magiciens levèrent leurs mains et que le sol se mit à trembler. Il ne s’agissait pas d’une petite secousse inoffensive, non!  Des stalactites commencèrent à tomber, l’une te frôla même, alors que tu hurlais aux soldats et archers de partir aussi rapidement que possible. Toi-même tu ne restas pas planté là et fuis avec les autres alors que des bouts de plafond et autres stalactites tombaient sur le bâtiment, le détruisant, le laissant en état de ruine. Au travers les débris et la poussière tu vis la pierre se lever et sceller la sortie. La panique gagna ton âme alors que tu réalisais qu’ils vous emmuraient vivants! Peu après tu sentis un vague de magie te traverser et tous les monstres t’imitèrent; vous fixâtes le nouveau mur de pierre avec consternation.

- « Commandant Chiller, que se passe-t-il?! » demanda un archer
- « Ils nous ont emmuré vivant dans la montagne! » t’exclamas-tu, oubliant fatigue et douleur pour courir vers le mur. « Ils nous ont enfermé comme des bêtes »

Made by Neon Demon

_____________________


Sa voix:
 
Revenir en haut Aller en bas
 
Trought the time [Wraithtale] [violence +gore]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Seize the Time!An essay by Cynthia McKinneySeptember 19, 2008
» Dream ticket :Obama/Gore
» Session time out...
» Damon Moon - "It's time to forget about the past"
» 08. Remember that time is money - Benjamin Franklin

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The World is made of Magic :: Flood :: Flood :: Le coin des conteurs-
Sauter vers: