Welcome to Undertale
 
AccueilFAQRechercherMembresS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Un retour vers la société (PV Sabrina)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Vulom



Masculin Messages : 21
Date d'inscription : 10/11/2016
Age : 20
Localisation : Surface

MessageSujet: Un retour vers la société (PV Sabrina)   Mer 16 Nov - 22:20

Cela faisait un très long moment où je n'avais plus approcher la société, après tout les humains étaient tous des égoïstes et j'avais du mal à comprendre leur fonctionnement. Ils sont attiré par l'argent et les richesses, rejettent les choses quand ils peuvent trouver mieux, cherche à accumuler du pouvoir ou de l'autorité, j'avais vraiment du mal à croire que tant de défaut pouvait s'infecter à des créatures aussi pathétiques... Ils étaient d'ailleurs tellement égoïste que la terre aurait été trop petite pour accueillir humain et monstre, c'est d'ailleurs pour ça qu'ils les ont enfermé sous terre... C'est vraiment ridicule... Une véritable meute de crétin. Je pense que de toutes les créatures qui existent dans ce monde, les humains sont vraiment les pires, bien que les monstres ne sont pas vraiment mieux... Ouais, ces espèces de créatures aux espèces multiples qui ont été jeté comme des chiens dans les souterrains. Ils ont eu recourt au meurtre pour sortir, pour détruire la barrière, il fallait des âmes humaines non, Ils ont attendu tant que ça la vengeance qu'ils ont décidé de se prendre à des créatures de leur niveau, c'est à dire des enfants. Et encore ! Même un enfant à réussi à tous les vaincre avec quoi ? La pitié et la rédemption... C'est pathétique...

Qui je suis pour parler comme ça ? Un humain... Au plus grand malheur, j'ai même envie de vomir en sachant ce que je suis... Avoir été élevé par un père humain et une mère monstre c'est vraiment le comble... Et puis évidemment il y a mon âme, une âme qui a changé avec moi, qui n'avait pas besoin de tout ces sentiments inutiles et infectes qui menaient tout droit à des pertes...
J'avais appris que les monstres et les humains tentaient de cohabiter ensemble. Alors ça y est, le jour était enfin arrivé, il fallait bien voir ce que sa donne. Bien évidemment je n'allais pas descendre et détruire tout sur mon passage, je suis certain que malgré la faiblesse de chacun, le nombre risquerais d'être vraiment dérangeant. Du coup j'ai décider d'observer, après tout si il faut changer ce monde, autant que se soit bien fait... Par contre il y a intérêt à ne pas m'irriter, je n'ai malheureusement pas hériter de la patience...

En arrivant en ville, les gens me dévisageait, certainement à cause de la tenue que j'abordais. C'est vrai qu'à cette époque ils ont tous un look u peu spécial, même les monstres... En regardant autours de moi c'était tout de même assez dérangeant, d'un côté je voyais des personnes indifférent à la vie entre humain et monstre mais d'autre qui était complètement contre. Le pire, les gens m'ont même pris pour un monstre ! Non mais franchement ? L'humanité est aussi stupide que ça ? Enfin bref passons à côté des stéréotypes stupides, je décidais alors de m'asseoir sur un banc en face d'une fontaine en restant dans mes pensées. Ne savant même pas où aller par la suite...
Revenir en haut Aller en bas
Sabrina



Messages : 54
Date d'inscription : 07/09/2016

MessageSujet: Re: Un retour vers la société (PV Sabrina)   Mer 16 Nov - 23:53

Cela faisait maintenant un mois depuis qu'elle avait emménagé, surtout, cela faisait presque un mois qu'elle avait raccompagné Toriel ivre. Sabrina avait été vigilante, mais jamais elle avait imaginé qu'une vidéo aurait été prise à leur insu, encore moins que la presse s'emparerait de l'affaire. Le poste de la femme-chèvre était en danger par sa faute et elle n'avait pas encore trouvé le courage d'aller la voir pour s'excuser. Intérieurement, elle avait envie de retrouver la personne qui avait filmé la scène pour le tabasser jusqu'à le mettre dans un état où la mort serait préférable pour lui.

Toute cette haine qu'elle avait refoulé durant toutes ces années, toute cette haine qu'elle avait fuit en emménageant ici, toute cette haine qu'elle pensait pouvoir enterrer et oublier... Cette haine était bien là, encore plus forte qu'avant, et elle, luttait encore plus fort pour la contenir. Sabrina commençait à se dire qu'elle était l'héroïne d'une tragédie grecque, luttant contre son destin tout en le sachant inévitable. Certes l'essentiel de la presse se concentrait sur Toriel, mais il n'était pas rare qu'elle se fasse interpeler dans la rue: par les anti-monstres qui la remerciait pour ses actes, ceux-là elle devait vraiment se retenir de leur faire du mal, les pro-monstres, qui lui reprochaient d'être complice de tout cela, et tous les autres qui étaient neutre et se contentaient de la montrer du doigt. Assez froide au premier abord, la jeune femme se renfermait d'autant plus sur elle, évacuant comme elle pouvait ses sentiments négatifs via la pratique sportive.

Ce jour-là, la motivation et la détermination étaient à son maximum, elle avait enfilé son jogging, attaché ses cheveux et mit sa capuche, motivation ou non, elle ne voulait pas être reconnue. Elle était allée courir, d'abord dans les rues calmes, puis était allée dans un parc, il faisait plutôt beau et l'endroit était agréable à l'oeil. La fontaine fut pour elle l'occasion de faire une pause rafraichissement, elle s'en approcha et ôta sa capuche par réflexe pour se mouiller le visage. Il n'en fallut pas plus pour que les gens commencent à la montrer du doigt et à parler sur elle. Sabrina regretta alors de ne pas avoir une barre de fer à portée de main, elle en aurait frappé une dizaine dans les jambes, juste assez fort pour qu'ils ne peuvent plus fuir, elle aurait ensuite pu réduire une de leur jambe en purée, au sens propre. Le visage fermé, la mâchoire serrée et les poings crispés, elle alla s'asseoir sur un banc à proximité, la personne l'occupant semblait indifférent à tout cela et les gens semblaient l'éviter. Une fois assise, elle remis sa capuche et marmonna sa haine, si les mots n'étaient pas clairement audible, quelques uns réussirent à échapper à son contrôle, pas suffisamment pour être audible des passants qui la jugeaient, mais son voisin lui pourrait en entendre.
Revenir en haut Aller en bas
Vulom



Masculin Messages : 21
Date d'inscription : 10/11/2016
Age : 20
Localisation : Surface

MessageSujet: Re: Un retour vers la société (PV Sabrina)   Jeu 17 Nov - 18:36

Finalement, à forcer de rester assit sur ce banc les gens faisaient de moins en moins attention à moi. C'était une bonne chose, sinon je pense que j'aurais aimé me défouler sur une personne isoler. Quand bien même c'était assez étrange de voir une vie aussi normale. Finalement je voyais une silhouette arriver vers la fontaine, une jeune humaine blonde en jogging, certainement pour faire du sport. En la regardant de plus près je pouvais facilement la reconnaître. C'était l'actrice en lien avec toute les rumeurs sur cette pauvre Toriel. Aah... Cette pauvre femme, l'instinct trop maternel à finit par la perdre, il suffisait de cette petite erreur pour en finir comme ça. Mais ça c'est d'un côté l'idiotie des monstres qui ne savent pas prendre en compte les conséquences de leur acte...

Comme prévu tout le monde la pointait du doigt comme ci il y avait quelque chose à en redire, les gens pour la cohabitations seraient certainement entrain de la détester tandis que les anti-monstres la féliciterait. Dans mon cas c'était très simple, soit cette femme a été une égoïste pour avoir permis de crée tout ces propos sur la "Maman chèvre" soit elle est assez stupide pour l'avoir traîner là où les gens pourraient la voir. Je sais c'est injuste mon raisonnement mais c'est une humaine, que voulez-vous ? C'est comme ça... Je la regardais s'asseoir à mes côtés, je pouvais sentir l’oppression qui pesait sur elle. Elle regrettait ? C'est bien trop tard maintenant que le mal est fait. A sa place j'aurais déjà agit au lieu de morfondre. Si quelqu'un te met des bâtons dans les roues, fait en sorte qu'il ne t'en mette plus. Au final, je l'entendais marmonner à côté de moi quelques mots, je ne pouvais donc pas m'empêcher d'y répondre...

- C'est donc la seule chose que tu es capable de faire ? Tu dégages autant d'autorité que la résistance de Toriel pour les boissons alcoolisés...

Il se redressa, peut-être par réflexe, une personne aussi nerveuse pourrait par directement lui en coller une à ses mots mais bon, il fallait bien qu'il soit assez direct dans son discours, après tout la fille qu'il avait à côté de lui avait la haine qu'il fallait, mais pas la volonté de la mettre en pratique. Il s'avança un peu vers la fontaine en restant dos à la jeune femme à qui il avait attiré l'attention en regardant les gens proches qui les fixaient, son regard froid leur fit directement baisser les yeux, c'était beau de voir que la faiblesse humaine était toujours présente.

- Si tu as tant de haine à rejeter, ça ne sert à rien de râle dans ton coin... Les gens comme toi qui n'ont fait que ce morfondre de ce qui leur est arrivé ne sont jamais arrivé à rien dans leur vie et si tu veux continuer à être frapper des reproches de ce qu'il s'est passé, je t'invite à revenir ici les prochains jours et de suivre le même mode opératoire.
Revenir en haut Aller en bas
Sabrina



Messages : 54
Date d'inscription : 07/09/2016

MessageSujet: Re: Un retour vers la société (PV Sabrina)   Jeu 17 Nov - 22:14

Sabrina se décrispa, elle venait, semblait-il, de rencontrer son exact opposé, le jeune homme semblait tout à fait disposer à faire souffrir les gens, chose qui la répugnait. Une telle opposition dans leur façon d'agir dans une situation similaire lui arracha un sourire presque jovial, elle oublia totalement la rage qui l'habitait. C'était rare qu'une émotion aussi sincère et naturelle se montre sur son visage, bien sûr elle n'était pas impassible, mais la plupart des sentiments qu'elle révélait relevaient plus de la déformation professionnelle qu'autre chose.

"Je ne me morfonds pas, je rejette une part de moi-même qui m'effraie. Part qui n'existerait pas si les gens étaient moins cons."

Le regard qu'il lançait aux passants lui rappelait, dans un sens, le regard que les adolescents lançaient aux adultes lorsqu'ils se retrouvaient impuissants face à eux, la différence tenait évidemment à la prestance et la tenue du jeune homme.

"Et je n'ai pas envie de me rabaisser au niveau de ses idiots pour en plus finir en prison. J'ai fui ma situation pour redémarrer à zéro, un peu comme un criminel change de pays, et tout ça pour quoi ? Pour rien. Et je me retrouve à en parler avec un inconnu qui fait peur aux gens."

Sabrina ne pu réprimer un rire agacé, elle avait cherché l'auteur de la vidéo, mais sans contact dans cette ville, cela compliquait les choses. Bien sûr, elle n'y avait pas mit tout son coeur, qu'aurait-elle fait en le retrouvant ? La police et les médias étaient contre Toriel, la seule chose qu'elle aurait pu faire était de le frapper, encore et encore, jusqu'à ce qu'il ou elle la supplie d'arrêter. Arrêterait-elle ? Peut-être une fois sûre que ses jambes ne pourront plus être soignées, ou ses bras, ou les deux. Elle pourrait aussi lui arracher la chair à mains nues, afin de bien sentir les tissus se déchirer sous la tension. Finalement, ne pas le retrouver était peut-être mieux, les choses se tasseront, avec un peu de chance, sans grave répercussion pour Toriel. Sabrina voulait y croire, ainsi ne finirait-elle pas à l'asile ou en prison, au moins pour le moment.
Revenir en haut Aller en bas
Vulom



Masculin Messages : 21
Date d'inscription : 10/11/2016
Age : 20
Localisation : Surface

MessageSujet: Re: Un retour vers la société (PV Sabrina)   Ven 18 Nov - 14:10

Je regardais de tout les côtés en voyant les personnes quitter le parc avait effroi, en effet ce n'était pas tout les jours qu'on croisait un homme en armure armé d'une arme blanche ranger dans son fourreau venant vous porter un regard tellement glacial que vous pouviez lire dans ses yeux qu'il pourrait vous découper sans la moindre hésitation. Pendant que le parc ce vidait des parasites, je continuais le discours déprimant de de l'humaine dans mon dos, elle était clairement entrain de se morfondre. Sérieusement, je ne comprenais pas beaucoup cette femme. Elle pensait peut-être que tout allait s'arranger au fil du temps ? Si il y a bien quelque chose qui n'a pas changer c'est l’égoïsme humain... Ce sont les personnes les plus puissantes aux pouvoirs et c'est eux qui décide ce qui doit être fait ou non, si un peuple doit être opprimer alors il le sera... Quel bel état d'esprit de la part des humains...

- En effet je fais peur... Pourquoi ? Parce que je suis inconnus, et l'inconnu fait peur à l'humanité et aux monstres... Quand on est apeuré on se laisse submerger et manipuler par n'importe quoi... Voila de quoi est fait la société humaine. Représente ça comme des bergers et un troupeau de mouton...

La métaphore était parfaite ! Des moutons ! C'est exactement ça, un humain se devait d'obéir et si il ne le faisait pas, alors il était jeter en prison ou jeter dans un asile. Le monde se devait d'être libre non ? C'est la plus grosse blague que j'ai jamais entendu. Sa ne m'aurait pas déranger d'aller voir le dirigeant de cette ville et lui planter ma lame dans le ventre mais quelque chose est sûr, à partir du moment où il sera mort, son sous-fifre reviendra pour prendre le pouvoir et pointera du doigt un coupable totalement innocent. Il est vrai que Toriel ne pouvait s'en prendre qu'à elle même après ce qui est arrivé mais malheureusement utilisé un petit problème de ce genre pour en faire un scandale ? J'ai déjà vu des dirigeants trinquer et se bourrer jusqu'à en vomir par terre alors une institutrice qui a envie de se laisser aller était le cadet des soucis de ce monde...

- En restant là, assisse comme une citrouille sur ce banc, vous suivez la masse et le troupeau afin de vous même devenir un mouton. Si quelque chose te perturbe, tu n'as qu'à agir. Certe tu ne seras plus sous la protection de cette grande masse mais derrière l'enclos il y a quelque chose qu'on appelle la liberté.

Alors que je parlais à cette pauvre humaine, derrière moi un peu plus loin, elle pouvait voir une vieille dame, certainement dans le genre un peu strict, peu compréhensive des personnes et des choses différentes qui pointal a direction du parc à un membre des autorités, comme ci quelque chose menaçait de l'attaquer, son doigt était pointer en direction de la fontaine, évidemment je ne portais pas attention sur ce genre de cas, je préférais me contenter de regarder l'humaine sombrer doucement ou peut-être un peu se redresser.
Revenir en haut Aller en bas
Sabrina



Messages : 54
Date d'inscription : 07/09/2016

MessageSujet: Re: Un retour vers la société (PV Sabrina)   Ven 18 Nov - 22:28

Sabrina était d'accord avec le jeune homme, du moins sur le début de son raisonnement, la fin de sa réflexion était à l'opposé de la sienne. La vision qu'on lui proposait n'était pas intrinsèquement erronée mais omettait, à son goût, beaucoup trop de choses pour pouvoir être valable. Savoir qu'un moteur à combustion interne résulte d'une réaction provoquée par une étincelle entre le carburant et l'air ne signifie pas que l'on pourra écrire la formule de réaction, et si on le fait, il manquera de nombreux éléments. Ces éléments n'ont pas une incidence directe sur la combustion, mais une fois rejetés dans l'air ils ne cessent pas simplement d'exister, c'est comme ça que certains pays ont eu des problèmes de qualité de l'air: en privilégiant une combustion "propre" tant que l'on ne regardait pas le détail et qui était, dans les faits, bien plus toxique que la combustion "sale".

"Tu te trompes sur ton histoire de troupeau et de moutons. Bien sûr il y a des personnes comme celle que tu me décris, d'autant plus avec cette société qui nous pousse à l'individualisme. Mais ça ne doit pas empêcher de prendre du recul pour juger l'ensemble.La liberté est un concept que l'on vend contre de la sécurité, que ce soit dans la société humaine ou chez les animaux. On accepte certaines règles qui bride notre liberté pour obtenir plus de confort. Si tu estimes que l'accès à l'eau courante, aux soins et à la nourriture facile ne vaut pas un peu de ta liberté, tant mieux pour toi. Mais n'oublie pas que sans cette société qui bride ta liberté, ta belle armure, tu pourrais toujours essayer de l'imaginer. C'est la contrainte de partager notre savoir qui a permit d'améliorer les techniques jusqu'à avoir été capable de faire une armure comme la tienne."

Sabrina jeta un regard vers la vieille dame qui avait attiré l'attention de son interlocuteur, elle était accompagnée d'un agent de police ou quelque chose du genre. Sérieusement ? Elle allait devoir se faire interroger maintenant ?

"On va ailleurs pour discuter ? Je n'ai pas envie de me prendre la tête avec les autorités locales, j'ai déjà assez eu à faire avec les médias."

Si la question avait été posée, la réponse, elle, ne lui avait pas été laissée, la jeune femme effectuant déjà ses premiers pas pour s'éloigner de la fontaine, incitant l'inconnu à la suivre. Elle n'avait pas l'intention d'aller discuter dans un café, mais l'air sombre que dégageait le bonhomme la laissait penser qu'il connaissait sûrement des coins suffisamment calme pour que les gens ne s'attroupent pas au tour d'elle.
Revenir en haut Aller en bas
Vulom



Masculin Messages : 21
Date d'inscription : 10/11/2016
Age : 20
Localisation : Surface

MessageSujet: Re: Un retour vers la société (PV Sabrina)   Sam 19 Nov - 0:24

C'était une façon vraiment étrange de voir les choses, elle ne devait vraiment pas vivre à la même époque que la mienne, de mon temps, tout ce qui était de la nourriture, un chez soi, de l'eau, tout cela était la part équitable des choses, on échangeait quelques légumes de son potager contre la viande d'un berger. L'argent n'était pas quelque chose qui était courant et pas utiliser, on obtenait tout simplement en faisant sa part du travail. Ce n'est que par l'arrivée des puissances supérieurs que les choses ont commencé à avoir un prix, que les choses se devaient de valoir plus qu'une autre, quelque chose qui maintenant paraissait normal, c'est évidemment pour ce genre de chose que je me tournais dans cette optique, le monde a tellement mal évolué qu'il en est devenu ce qu'il est maintenant, il fallait voir l'envers du décors...

- L'évolution fait bien les choses n'est-ce pas ? Il faut que tu saches qu'à l'époque, ce que vous considérer comme une monnaie, ce n'était pas quelque chose qu'on utilisait, à l'époque chaque citoyen avait quelque chose à donner à la ville ou au village pour recevoir le service de partout. Si les choses sont devenu "payante" c'est parce que des gens avec plus de puissances ont cherché à donner les prix sur ces choses et à rester privilégiés, c'est quelque chose en effet qu'à cette époque on ne peut pas connaître... Quand à mon armure, je l'ai faite moi-même à partir de ce que j'avais sur la main, tu développe des choses par ce que tu sais maintenant mais tu es encore loin, l'évolution à l'air d'évoluer mais en réalité elle n'a fait que régresser

Je soupirais longuement, après tout, ça pourrait être compliquer de lui faire comprendre quelque chose qu'elle n'a jamais vécu et puis si la société avait mal régresser c'était bien pour cette raison qu'elle avait ce raisonnement qui sonnait juste pour quelqu'un de son époque, mais complètement absurde pour quelqu'un venant de la mienne. Je me tournais vers la vieille dame et le policier qui se dirigeait vers nous. Qu'est-ce qu'il y avait ? Je n'avais pas le droit de simplement marcher dans un parc ? C'était ça aussi un bel esprit de liberté que nous montrait cette société, j'allais loin de là écarter mon chemin ou simplement me retirer pour une humaine qui dans quelques années sera dans un cercueil et un vulgaire agent de la sécurité, les deux arrivèrent et la grand-mère se mit à crier des "C'est lui !" "C'est lui !". L'homme me regarda avec un air sérieux, il était légèrement plus petit que moi et se mit à m'adresser la parole

- Excusez-moi monsieur, je ne sais pas si vous allez à une exposition où une fête mais je tiens à vous informer que vous intimidez les autres passants et le port d'arme est interdit donc je vais vous demandez de me suivre et nous allons réquisitionnez votre arme si vous le voulez bien...

Je le regardais de haut avec le même regard que je portais à tout les humains, c'était drôle ça, une loi interdisant quelqu'un de se balader avec de quoi se défendre sur lui... Cela ne m'étonne pas qu'il y ai autant de meurtre et d'assassinat de nos jours. D'après un bon citoyen comme me l'expliquait la demoiselle blonde, je devrais priver cette liberté et me laisser embarquer pour arranger le problème dans leur "poste de police", il était peut-être temps de montrer que les choses pouvaient être arranger tout de suite sans devoir forcément perdre du temps. Je n'allais certainement pas me rabaisser à suivre les lois que cette société stupide avait mis en place. Je regardais alors nos deux antagonistes en laissant un petit rictus se dessiner sur mon visage en levant tout doucement mon bras, la jeune femme pouvait voir apparaître doucement sur mon armure, un cœur noir, complètement engloutis dans l'obscurité, un petit son se fit entendre et des chaînes d'une couleur sanglante sortirent du sol pour s'agripper au policier et à la vieille dame, les plaquer tout les deux au sol et se resserrer doucement, quel chance que j'avais vidé le parc de tout les petits parasites. La vieille dame poussa des cries peu élevé dû à son âge et derrière le policier qui essaya de se débattre en poussant des cris plus grave.

- Je vais vous l'expliquer très clairement, je n'appartiens pas à votre société, vos lois ne s'appliquent pas à moi alors je vous offre deux choix, soit vous partez chacun de votre côté et aller faire vos affaires de votre côté, soit je vous offre un aller simple vers la terre et je vous informe tout de suite que vous n'aurez pas le temps d'en voir le bout.
Revenir en haut Aller en bas
Sabrina



Messages : 54
Date d'inscription : 07/09/2016

MessageSujet: Re: Un retour vers la société (PV Sabrina)   Sam 19 Nov - 10:37

Il ne se rendait vraiment pas compte de ce qu'il disait, ou plutôt, il ne réfléchissait pas au raisonnement en lui-même, et cela agaçait Sabrina. Elle n'était pas du genre extrêmement patiente pour expliquer les choses mais, d'une certaine façon, elle ne voulait pas juste abandonner et laisser ce sombre personnage croire que son raisonnement était juste. De la fierté mal placée sans doute, mais laisser les idiots dans leur bêtise ne fera pas avancer les choses. Et si faire évoluer les choses à grande échelle était rendu délicat par les médias qui vivaient de cette bêtise, prit un par un, leur faire changer d'avis était beaucoup plus facile. Même si l'unique conséquence était de les rendre tout aussi catégorique mais avec une autre position. Sabrina organisa rapidement ses idées à mesure qu'il parlait: la monnaie: une étape intermédiaire qui permet d'avoir un point de comparaison global qui n'altère en rien la valeur du blé que l'on échange contre de la viande. La monnaie servait de toute façon surtout pour les transactions importantes. Quant à son armure, son ton hautain plein de dédain montrait plus son incapacité à amener un argument qu'autre chose, soit.

Elle allait lui répondre, mais l'agent de police l'avait déjà interpelé. La jeune femme resta un peu en retrait, observant ce qui allait se passer. La surprise fut de taille et si elle avait à expliquer ce qui se passerait, elle parlerait probablement de magie comme dans les jeux vidéos. Etait-ce de la magie ? Elle savait pour les monstres, mais de la magie ? Elle recula d'abord d'un pas réflexe mais les menaces qu'il proféra à l'encontre de la vieille passante et du policier l'énerva.

"Laisse-les partir."

Dans sa voix résonnait la même rage, le même dégoût que lorsqu'elle s'était assise sur le banc pour marmonner. Seulement là, ce n'était plus elle la cible, c'était une personne qui faisait son travail et une vieille dame qui avait du mal à accepter tous les changements qui se produisaient dans la société. En aucun cas ils ne méritaient de mourir, et même si elle ne savait pas trop ce qu'elle pourrait faire contre ça, puisqu'il n'était de toute évidence pas humain, fermer les yeux sur ses actes étaient hors de question. Il n'était pas juste un idiot fermé dans ses idées et convaincu de voir la grande scène de l'univers dans son ensemble, non, il était un idiot dangereusement enfermé dans ses idées. Le genre qui, pour son soi-disant idéal, ira tuer des gens et semer la terreur au tour de lui.
Revenir en haut Aller en bas
Vulom



Masculin Messages : 21
Date d'inscription : 10/11/2016
Age : 20
Localisation : Surface

MessageSujet: Re: Un retour vers la société (PV Sabrina)   Dim 20 Nov - 16:10

Je portais peu d'attention à la demande de sa rencontre, après tout, peu importe qu'elle avait attisée ma curiosité, elle restait une humaine noyé dans la masse difforme que formait ce monde. Je regardais les deux personnes en face de moi, ceux-ci me portais un regard attristée, comme-ci elle ne voulait pas mourir, un visage de peur... D'un côté le policier cherchait à se débattre en vin, complètement nerveux et sous le stresse tandis que la vieille dame paniquais et appelait à l'aide de sa faible voix... Il avait vraiment peu d'intérêt dans ce monde... Je pensais tellement fort que la jeune blonde pouvait entendre ma voix sans même voir mes lèvres bouger, la voix était beaucoup plus étrange qu'avant, comme ci il s'agissait d'une déformation de ma propre voix, je retournais alors mon visage vers elle, émanant un énorme sourire semblable à ceux des fous s'ayant couper les joues pour agrandir leur bouche et enfin des yeux complètement noir libérant de multiple veine noire sur les extrémité et des larmes d'une couleur d'encre, ce regard effrayant fut également suivit d'une phrase qui frappa le cœur de la demoiselle comme ci elle était en pleine montagne russe. 

- Actuellement, des personnes comme celle-ci ont déjà répandu le mal autours d'eux... Ha... Ahah... CELA VEUT DIRE QU'IL N'Y AURA AUCUN PROBLÈME POUR VOUS TUEZ... 

Après cette phrase, mon visage reprit un aspect normal et les deux personnes furent libérer de leur entrave, s'encourant à toute jambe pour le policier et s'enfuyant du mieux qu'elle pouvait par la vieille... Je pris le chemin que voulait prendre la jeune humaine afin de s'éloigner du parc. J'étais tout de suite devenu bien plus calme, comme ci ce que j'avais dit auparavant n'était jamais sortit de ma bouche... Peut-être avais-je fait ça sous le coup de l'énervement ou bien était-ce là ma seule nature... Je restais sans mot en me déplaçant. Je poussais un léger soupire en entendant la foule réinvestir le parc, horrifié par ce qu'ils avaient pu voir.
Revenir en haut Aller en bas
Sabrina



Messages : 54
Date d'inscription : 07/09/2016

MessageSujet: Re: Un retour vers la société (PV Sabrina)   Dim 20 Nov - 17:14

Ok, très bien, tout est parfait. Ce n'est jamais qu'un tout petit détail à ajouter à la liste des choses surprenantes de la journée. Donc, après la magie, cet étonnant jeu... cette étonnante personne pouvait aussi changer d'apparence, d'une manière fort peu agréable, faire entendre ses....pensées ? Ou quoique ce fut. Non vraiment, cette journée se passait de la meilleure des manières. Et cette voix, SA voix, cette sensation, l'impression d'être agressée par les mots. Son cerveau, incapable de faire appel à la raison pour reculer, avait basculé en mode reptilien et figé son corps.

Sabrina ignora comment et pourquoi l'aspect de l'inconnu redevint normal, il laissa le policier et la vieille dame partir. Il prit le chemin qu'avait commencé à emprunter la jeune femme quelques secondes plus tôt comme si rien de tout ceci n'était arrivé. Elle le suivit, non sans une certaine appréhension, elle resta silencieuse un temps, incapable de le quantifier car trop occupée à essayer de comprendre ce qui venait de se passer. Elle n'aimait pas l'admettre, mais cela la dépassait, son esprit cartésien n'acceptait pas ce qui venait de se passer, pourtant, elle savait ce qui s'était passé. Revenue à sa hauteur, elle lui demanda:

"Je.....qu'est-ce qui vient de se passer ?"

Son imagination assembla les éléments ainsi: ce type était un genre de personne possédé, qui avait accès à une partie des pouvoirs de la chose scellée dans son corps; sa non-maîtrise lui ont causé des soucis dans le passé qui l'ont amené à devenir aigri et violent. En y repensant, sa manie de répéter "à l'époque" comme s'il y avait vécu laisse penser qu'il était plus vieux que son apparence ne laisse imaginer. Vieux comment ? Compte-tenu des informations qu'il a donné, elle partirait sur du millier(s) d'années.

"N'empêche, avec de tels pouvoirs, je peux appeler ça comme ça ? Je comprends un peu plus ton point de vue sur la liberté, mais tu dois avouer que c'est forcément plus simple avec que sans. Et ça ne change en rien le reste de mes arguments."
Revenir en haut Aller en bas
Vulom



Masculin Messages : 21
Date d'inscription : 10/11/2016
Age : 20
Localisation : Surface

MessageSujet: Re: Un retour vers la société (PV Sabrina)   Lun 21 Nov - 20:14

Les pouvoirs n'étaient pas vraiment une facilité... C'était une chose qu'on utilisait à partir du moment où on doit les utiliser... Ça ne s'utilise pas vraiment n'importe comment dans la vie de tout les jours et un mauvais contrôle pouvait engendrer de terrible chose qui serait hors de notre contrôle... Si je les utilisais c'était simplement pour me protéger moi-même ou pour montrer à ce monde la réelle étendue de la haine que j'avais conservée d'elle. Je ne m'en servais pas vraiment sans raison. C'est vrai que je pourrais faire des choses très facilement, mais alors je suivrai l'exemple des humains qui désireraient un pouvoir afin de faire quelque chose avec plus de facilité. Je continuai de marcher avec elle jusqu'à tomber dans une ruelle sombre assez distante du parc où s'était attroupée tout les citoyens curieux. Le policier avait surement dû appeler du renfort sur l'agression qu'il a subit. J'espérais peut-être les voir débarquer ici et faire un massacre mais ils ne nous retrouveront pas... C'est certain... 


- Appelle ça plutôt un don... Certains peuvent être pris comme une malédiction et d'autre comme un cadeau. Pour ma part le mien est un peu des deux, il me permet de pouvoir me débarrasser de ceux qui me gêne ou gêne le monde mais tant qu'il est présent, cela veut dire que le monde est toujours aussi impure... 

Je ne savais pas vraiment pourquoi elle voulait continuer de parler avec moi, je suis un meurtrier qui désire effacer le monde pour que celui-ci puisse se reconstruire à nouveau sans avoir toute ces choses corrompues. Et puis elle n'allait pas changer d'avis et pour ce qui est du mien, il est rester avec moi pendant des milliers d'années, il ne partira pas e si tôt parce qu'une humaine essaye de me faire comprendre des choses que mon esprit ne peut pas interpréter comme juste...
Revenir en haut Aller en bas
Sabrina



Messages : 54
Date d'inscription : 07/09/2016

MessageSujet: Re: Un retour vers la société (PV Sabrina)   Lun 21 Nov - 21:32

Plus elle l'écoutait et plus elle était curieuse de savoir, savoir comment il en était arrivé là, savoir ce qu'était la chose qu'il était en train de devenir avant, savoir ce qu'il comptait faire, etc. Bien sûr, tout cela l'effrayait et Sabrina ne pouvait affirmer vouloir vraiment connaître la vérité. Mais au fond, une part d'elle brûlait d'envie de savoir, ce n'était pas tous les jours que l'on rencontrait pareil psychopathe. Elle était fascinée, pas la fascination que les adolescentes éprouvent envers les garçons "trop dark", une fascination un peu plus malsaine, elle ne voulait pas l'admettre, mais elle se retrouvait dans ses pensées et paroles. La différence tenait simplement à leur santé mentale: la jeune femme n'avait pas encore craqué.

"Je n'y connais rien mais comment peux-tu être sûr de la signification de ton pouvoir ? Pourquoi est-ce que ce ne serait pas quelque chose du genre: tant que je n'aurais pas trouvé la paix intérieure ? De ce que tu me dis, j'ai l'impression que ce pouvoir provient plus de tes sentiments négatifs qu'autre chose. Si tu trouvais la paix, ne devrait-il pas disparaître ?"

Ce qu'elle venait de dire lui paraissait horriblement cliché, et pourtant totalement approprié à la situation. Peu importe à quel point elle ne supporte pas l'égoïsme des gens, si elle venait à ne plus en croiser il n'y aurait rien pour l'empêcher de se sentir bien. Elle n'y connaissait pas grand chose en psychologie, mais dans ses souvenirs les haines et peurs que l'on ressent viennent bien souvent de quelque chose de plus ancien qu'on ne le croit, parfois même sans rapport, que le cerveau aura assimilé à ce sentiment négatif. Bien sûr, si on soigner un psychopathe était aussi simple, il n'y aurait plus de serial killer et autres dangereux criminels, mais quitte à le laisser en liberté, autant que la haine soit dirigée vers la vraie source du problème. C'est bien beau de pouvoir soigner des pneumonies, mais si le patient continue de se balader torse nu en hiver, il continuera d'en attraper.

"Ca me fait réaliser que l'on ne s'est pas présenté, je m'appelle Sabrina, Sabrina Gallant, et toi ?"

Donner son vrai nom n'était pas forcément la meilleure chose à faire, mais elle voulait jouer franc-jeu avec lui. Et qui sait ? Si elle réussissait à lui apparaître comme sympathique il la laissera en vie lorsqu'il tuera tous les gens qu'il croisera.
Revenir en haut Aller en bas
Vulom



Masculin Messages : 21
Date d'inscription : 10/11/2016
Age : 20
Localisation : Surface

MessageSujet: Re: Un retour vers la société (PV Sabrina)   Mar 29 Nov - 1:12

Je ne savais pas vraiment si me présenter à une inconnue en valait la peine... C'était presque une perte de temps de parler ici, cette femme cherchait curieusement à lire en moi comme dans un livre ouvert. Malheureusement il est plus facile de pouvoir détruire le monde que de pouvoir savoir ce qu'il se passe dans ma tête mais surtout de me faire changer d'avis. Qu'est-ce que c'est que ces arguments... La paix intérieure ? Je n'ai jamais entendu une bêtise pareil ! La paix intérieur c'est bien la seule chose que j'ai réussi à acquérir après des années et des années, c'est justement grâce à cela que j'ai appris à contrôler les pouvoirs qui m'ont été confié. Je la regardai sans avoir vraiment d'intérêt à savoir de qui elle s'agissait mais qu'elle sache mon nom n'allait pas changer les choses...

- Vulom... Mon pouvoir provient certe d'une forte concentration négatif. Mais contrairement à ce que tu peux penser, j'ai déjà une paix intérieure, sinon je n'aurai jamais pu contrôler ce pouvoir...

Finalement, toute personne que je rencontrais allait finir par disparaître un jour ou l'autre alors cela ne servait pas à grand chose de se présenter et puis j'avais perdu assez de temps ici, il fallait que je me rende dans un endroit où je pourrais justement frapper un bon coup histoire de faire comprendre au monde qu'ils ont laissé quelque chose dormir un peu trop longtemps... Il est temps que l'humanité et les monstres apprennent la teneur de leur acte...

- Si je peux te donner une dernier conseil, ne soit pas trop curieuse... Après tout cela ne servira plus à rien lorsque se sera terminé...

L'homme trancha d'un mouvement vif le mur, créant une immense fissure d'une couleur pourpre, il s'enfonça à l'intérieur alors que ces bruits de pas commençait peu à peu à diminuer jusqu'à ce que cette fissure disparaisse complètement du mur.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un retour vers la société (PV Sabrina)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un retour vers la société (PV Sabrina)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Retour vers son coeur.
» Le retour vers le bercail.
» Lapangel. Le lapin pas crétin [ Fini, à valider)
» [retour vers le 17 mars] Don't worry about a thing...
» Pour une infidèle [Retour vers le futur] [Clara & Emma]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The World is made of Magic :: Flood :: Timeline Pacifiste-
Sauter vers: